• Chrysanthèmes

    Le chrysanthème porte en lui plusieurs significations mais, dans notre culture occidentale, il est le plus souvent associé au deuil et à la mort ; il apporte aussi une ultime touche de gaieté au début de l'hiver... 

    "Crisantemi..."

    Pour son premier concert depuis le confinement, le Grand théâtre du Liceu à Barcelone a accueilli des spectateurs un peu particuliers : des milliers de plantes vertes ont été installées sur les fauteuils. Les 2 292 végétaux seront offerts aux personnels soignants de la ville.

    Les musiciens ont interprété Crisantemi, un quatuor de Puccini. "Après une période étrange et douloureuse (...) [ce concert] nous offre une perspective différente de la reprise de notre activité, une perspective qui nous rapproche de quelque chose d'aussi essentiel qu'est notre relation à la nature" explique la direction de l'opéra barcelonais. 

    (France-Musique du 23/06/2020)

     

    Bon, c'est vrai (ai-je lu récemment à plusieurs reprises) que la "musique classique" est maintenant jugée trop "blanche" et pas assez "inclusive" par et pour les publics négrillonnoïdes, mais de là à remplacer le public de mélomanes sans mélanine par des courgettes et des navets, même pour rigoler entre performeurs acoustiques et avertis, y'a un truc qui m'échappe...

    Selon un rapport publié en 2016 par la League of American Orchestras, les Noirs ne représentent que 1,8% des musiciens d’orchestres, et les Latino-Américains seulement 2,5%. Certains critiquent également le manque d’"inclusivité" des œuvres, et le fait qu’elles soient réalisées dans leur grande majorité par des compositeurs d’origine européenne. Partant de ce postulat, le San Francisco Chronicle a récemment regretté que l’Orchestre symphonique de la ville présente presque exclusivement des compositions créées par des hommes blancs. Plusieurs titres de la presse américaine ont également dénoncé le caractère jugé trop ethniquement homogène du milieu de la musique classique. 

    Ainsi, le New York Times accuse ce dernier d’être l’institution "la moins diverse du pays" et de masquer "un problème raciste". Le Seattle Magazine va même jusqu’à expliquer qu’il faut "s’attaquer à sa blancheur". La presse spécialisée ne dit pas autre chose. Le site de la National Public Radio constate estime par exemple que ce milieu est "extrêmement blanc et de plus en plus marginalisé". New Music USA affirme de son côté que "la musique classique est intrinsèquement raciste". Ainsi, la musique classique rejoint la longue liste des institutions qui, parce qu’elles comportent une proportion jugée trop faible de personnes d’ascendance non-européenne, sont soupçonnées de masquer un mode de recrutement discriminatoire, voire d’être empreintes d’une forme de "racisme structurel"

    (Valeurs Actuelles du 22/06/2020)

    On peut tenter de sourire encore un peu d'un rapprochement de quelques informations (quasi puériles et anecdotiques) de ce genre, en-même-temps™ entre "écologie" et "antiracisme"... mais peut-être plus pour très longtemps.

    En attendant, a-je encore le droit de dire, comme l'avait fait le président de Radio-Courtoisie que "Centrée sur le rythme, la musique nègre s'adresse au cerveau reptilien" et que je ne me sens pas vraiment "inclus" par le rap de Kery James - Musique Nègre

     

    (voir aussi "rockcorrection" et "on sait comment ça commence")

     

     

    Hors-sujet, mais...

    ...côté "arts plastiques" et restauration de peintures religieuses, c'est pas mal non plus chez nos amis espagnols :

    Chrysanthèmes

    Chrysanthèmes

    (the Guardian du 22/06/2020)

     

     

    « C'est qui qu'aura un gage ?Ça va être sans fin... »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Juin à 16:15

    Et Mozart, tu sait ce qu'il te dit, Mozart?

      • Mardi 23 Juin à 17:46

        @ Pangloss...?

        Aucune idée...

        Par contre, Beethoven, même le vrai (celui-là...) semble faire la sourde-oreille à tout ce qu'on lui dit...

        (Beethoven, le vrai :   

        ..."sachez-le, Beethoven était un homme noir", alors, Mozart ou Puccini.) 

    2
    Souris donc
    Mardi 23 Juin à 17:02

    Les conventions de l’opéra acceptent toutes les invraisemblances, ainsi les formidables sopranos noires américaines enchantent le lyrique verdien et wagnérien sans que ça choque qui que ce soit (Grace Bumbry, Leontyne Price , Jessye Norman, Kristin Lewis, Kathleen Battle, Camilla Williams, Shirley Verrett, Caterina Jarboro etc…).

    Jessye Norman, formidable Walkyrie.

     

      • Mardi 23 Juin à 18:21

        @ Souris donc...!

        Certes...

        Mais si le talent (et le don, et le travail, et la discipline...) d'une "afro-américaine" lui permet d'interpréter une héroïne de la mythologie scandinave, je ne vois pas très bien nos frères amis concitoyens racisés, accepter une actrice "indo-européenne" dans le rôle d'Angela Davis ou de Rosa Park (qui devient furieusement tendance ces derniers temps)

        J'ajouterais que, en ces temps peu raisonnables "Les conventions (la sculpture, la peinture, le ballet, la littérature... mais aussi l'urbanisme, l'architecture... ou encore la cuisine, la mode, etc...) acceptent toutes les invraisemblances"

        Pour en revenir au... "concert (?)" de Barcelone, je vous renvoie à cet article déjà ancien et peu consulté :  "Un chef d'orchestre pépiniériste fait un orchestre grâce à ses plantes", la boucle est bouclée...

                         

         

         

    3
    Audiophile
    Mardi 23 Juin à 17:12

    L'amateur de classique est tellement waciste qu'il achète des disques de Sumi Jo et de Yuja Wang !

    Ah, zut, elles ne sont pas de la bonne couleur...

     

      • Mardi 23 Juin à 19:47

        @ Audiophile...!

         

        Les japs, les niakoués et les chinetoques, c'est encore pire que les babtous ! A tel point que Président Obama (la Paix soit sur Lui) avait dû remédier à ça en les saquant comme il se doit pour rentrer dans les grandes écoles où c'est pas facile d'y rentrer :

        • - Asiatiques : -140 points
        • - Blancs : 0 point
        • - Hispaniques : + 130 points
        • - Noirs : 310 points.

        ...et même avec (1+3=4... 4+1=3=5... 0+0=0... ), 540 points 450/500 points d'avance sur eux, on avait du mal à leurs y passer devant...

        ...que l'autre rouquin, avec son nom de canard, il a supprimé.

                                                                             (réponse certifiée conforme à la doctrine "Blacks lives matter")

         

    4
    Vert de peur
    Mardi 23 Juin à 18:36

    Le G.I.C. Jalons avait eu l'idée d'une "Déclaration des droits de la plante", satirique (introuvable sur Internet, naturellement : faut avoir gardé ses exemplaires de la revue). L'esprit malade des khmers verts nous donnera peut-être une nouvelle déclaration universelle, galactique et européenne (par ordre d'importance croissante) des droits des arbres, plantes, feuilles et racines : je compte qu'un article mentionnera le droit aux concerts de musique[s] festive[s] citoyenne[s] etc. etc. etc. (l'énumération des kronneries n'amuse plus).

    Merci pour la vidéo, bedeau : grand moment de fou rire. On a beau savoir que l'abîme est sans fond, on peut encore être étonné par les manifestations de sottise contemporaine, grotesques quand elles ne sont pas criminelles, ou les deux.

     

      • Mardi 23 Juin à 20:16

        @ Vert de peur...!

        "Le G.I.C. Jalons", c'est bien cette petite bande de copains spécialisée dans la publications de canulars et de parodies en tous genres ?

        OK...

        Bon, alors...

        Je ne sais pas si c'est les mêmes qui sont maintenant connus sous le nom de A.R.B.R.E.S et qui ont repris le projet, mais avec des moyens plus ambitieux

        Le 5 avril [2019], l'association A.R.B.R.E.S a présenté sa "Déclaration des droits de l'arbre" pour une lecture à l'Assemblée nationale. Le but du texte est d'inscrire l'arbre comme un être vivant dans le code civil et ainsi lui reconnaître des droits. Le texte présenté à l'Assemblée nationale déclare dans son premier article que "l'arbre est un être vivant". Le 5 avril dernier, à l'occasion du colloque organisé dans le majestueux bâtiment parisien de la rue de l'Université, l'association A.R.B.R.E.S a lu sa "Déclaration des droits de l'arbre", déclinée en cinq articles. L'objectif de l'association est d'inscrire les droits de ces habitants des forêts dans le Code civil. 

                                                                      DECLARATION DES DROITS DE L’ARBRE

                                                 proclamée, lors du Colloque, à l’Assemblée Nationale le 5 avril 2019

                                                                                                                                                             (PDF. le lien)

    5
    NO comment
    Mardi 23 Juin à 18:46

    https://www.youtube.com/watch?v=ceKzUoeuU4w

     

      • Mardi 23 Juin à 20:35

        @ No comment...!!!?

        Dites-moi que c'est une blague...

        ...une soirée trop arrosée au Club-Med de Bamako ?

        ...un spectacle du Carnaval de Rio sous acide ?

        ...des demandeurs·deuses d'asiles qui font du zèle ?

        ...des copines à vous qui ont fait du "blackface" ?

         

        PS. Comme j'ai désactivé le clic droit sur mon blog, je recopie le lien avec accès direct à cette monstruosité : 

        The Magic Flute - Impempe Yomlingo

        (ATTENTION, uniquement pour amateurs avertis)

         

      • NO comment
        Mardi 23 Juin à 23:43

         @bedeau : NO comment ! NO comment !

         

        En remontant d'un cran dans les sujets : à ma connaissance, aucun lien entre ce qui reste de Jalons (c'est-à-dire, sauf erreur de ma part, le couple Basiléfrigide) et cet A.R.B.R.E. que vous nous faites découvrir.

         

        En remontant encore : j'ai lu jadis par hasard un article ricain (dont je n'ai hélas pas gardé la référence) dans lequel une pianiste japonaise expliquait avoir immédiatement compris que la musique classique occidentale dépassait de très loin en complexité et en intérêt celle de son propre pays -- une musique qu'elle continuait à apprécier mais à sa vraie place, inférieure. Et l'idée de faire des adaptations de nos classiques lui semblait une hérésie. Les propos trahissaient une intelligence rare : reconnaître et aimer les supériorités d'autrui, ce n'est pas donné à tout le monde.

      • Souris donc
        Mercredi 24 Juin à 08:59

        Pour votre dernier § : un ORL, Claude-Henri Chouard, dans son livre "L'oreille musicienne", explique qu'il existe une zone de confort pour la perception des sons, une échelle de fréquences (en hertz) des graves aux aigus.

        Il se trouve que la musique occidentale est composée dans cette zone de confort, c'est ce qui explique son universalité. Rien à voir avec infériorité/supériorité : les musiques "criardes" asiatiques sont tout simplement inconfortables pour l'oreille.

      • NO comment
        Mercredi 24 Juin à 10:21

        @souris donc : La dame de l'article parlait de hiérarchie, notamment à partir de la complexité ; elle estimait bien la musique classique occidentale supérieure à celle de son aire géographique. Je ne suis pas grand musicologue, moi, mais si votre théorie était vraie, la logique voudrait que partout, au fil des siècles, tous les styles et sons allassent converger vers cette prétendue "zone de confort" (expression que je n'irai pas qualifier) apparemment universelle. Etrangement, les producteurs et auditeurs des "musiques du monde" les trouvent audibles et même agréables, eux : une "zone de confort" différente, sans doute -- ou un masochisme militant. Au reste, vous qualifiez vous-même de criardes (avec guillemets façon L'Immonde) ces musiques insupportables. Entre un orchestre symphonique (ou même simplement un pianiste) et un crétin tapant sur un "djembé", nul besoin de jouer au musicologue pour savoir que l'un est supérieur (oui, on sait, c'est un très vilain mot) à l'autre : c'est comparer une cathédrale avec une case en terre. Quand les ricains veulent torturer quelqu'un avec de la "musique", ils n'ont pas recours au classique européen, mais à certaines musiques du monde et au "hard rock" ou au "heavy metal", parce que les rythmes primaires à fort volume, c'est douloureux (à faible volume, c'est simplement nul). La pauvre répétition de dix notes à l'infini, même avec un instrument tolérable, est au pire pénible, au mieux sans intérêt -- voir, si j'ose dire, dans les films chinois et japonais, l'accompagnement des cérémonies du thé.

        Vous trouverez dans Le bouclage de Volkoff (qui n'était guère favorable au relativisme) quelques considérations intéressantes et pratiques sur le caractère littéralement sidérant des rythmes et mélopées venues d'ailleurs, avec de savantes remarques sur les fréquences.

        Cela dit, ié né souis qu'oune béotien : à preuve, je n'aime pas ce qui se fait à Bayreuth depuis quelques décennies, où l'opéra se regarde maintenant les yeux fermés.

        Et d'ailleurs, je ne sais même pas pourquoi je réponds : je n'écoute que les Beach Boys.

         

      • Mercredi 24 Juin à 14:02

        @ NO comment... NO comment!

        En fait, l'association A.R.B.R.E.S n'est ni une troupe d'humoristes bêtes et méchants, ni une bande de rigolos méchants et bêtes... Leur but premier était de recenser et protéger les "arbres remarquables" (Arbres Remarquables: Bilan, Recherche, Études et Sauvegarde ) sous divers aspects biologiques, historiques, et folkloriques (légendes religieuses et païennes et traditions populaires -est-il précisé)...Vu sous cet angle, et en lisant les mots "légendes" et "traditions" je peux trouver leur initiative un peu moins loufoque (surtout en ces heures... les plus "noires" de cette dernière décennie où, quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend...)

        C'est par ailleurs un fait indéniable que, la "supériorité" de l'Occident, dans tous les domaines (artistiques, scientifiques, techniques...) "s'est imposée" ou "a été reconnue" [rayez la mention inutile]...Certains diront que c'est après avoir détruit, intellectuellement, culturellement, spirituellement, économiquement et militairement les autres cultures et civilisations.. on peut aussi prétendre, sans rougir et exemples à l'appui, à divers apports qui ont constitué dans nombre de cas un enrichissement ou une amélioration pour ces populations...

         

         

      • Mercredi 24 Juin à 14:23

         

        @ Souris donc... ?

        Un peu comme dans le commentaire suivant je m'interroge sur la notion de "zone de confort" qui me fait penser à "facilité", même si il ne faut pas l'entendre dans ce sens...

        Par ailleurs, je ne connaissais évidemment ni C.H. Chouard, ni son livre, mais quand j'en découvre la présentation "La réponse des spécialistes à la confluence de l'histoire des techniques musicales, de la physique, de la médecine, de la biologie et des sciences cognitives.", ( intello ???) "Confluence des sciences cognitives" dans la même phrase... je me dis qu'on est un peu loin pour moi de la pure et simple émotion artistique...

        Toutes proportions gardées, ça me fait penser à l'impression ou l'explication qu'un chimiste pourrait donner à propos d'un plat à la table d'un chef étoilé.. (malheureusement, on commence à assister à ce phénomène et à l'inventaire complet des fibres alimentaires et des oméga-3 dans la soupe au lard...)

         

      • Mercredi 24 Juin à 14:52

        @ NO comment...

        Pour en revenir à cette "zone de confort" pour l'oreille humaine, il est effectivement surprenant que son universalité ne soit pas traditionnellement... universelle

        • ou elle est relative, et démontre donc des différences (je ne parle pas de "hiérarchie") dans la perception du monde, les sensibilités et les cultures d'un continent ou d'un peuple à l'autre (je ne parle pas de "race"), voire des différences anatomiques ou physiologiques ?

        • ou, comme dans toute "réponse de spécialistes", on peut certainement lui opposer des conclusions différentes ou contradictoires tout aussi argumentées et justifiées d'autres spécialistes (cf les ?.. "débats" à propos de la chloroquine ou du "réchauffement climatique")

        ...mais je commence à sortir là de ma zone de compétence(s)

         

      • Ewers
        Mercredi 24 Juin à 19:12

        @bedeau : Etrange, cette haine générale des hiérarchies. ;-)

        Je constate que lorsque certains s'en prennent à Mozart, on obtient l'inc'oyable (attention ! allusion hors sujet aux incroyables et merveilleuses !) spectacle évoqué supra ; en revanche, quand d'autres se prennent de passion pour le patrimoine musical européen classique, ils n'éprouvent pas le besoin de le massacrer(*), et nous offrent :

        https://www.youtube.com/watch?v=U4MmatVblDk

        https://www.youtube.com/watch?v=pSpf9bKK_Zk

        https://www.youtube.com/watch?v=KA1CoDfXKNE

        https://www.youtube.com/watch?v=ECPAIatM_DA

        No comment.

        (*) : Je sais parfaitement que des massacreurs oeuvrent aussi parmi nous, prétendant revisiter ce qu'ils sont incapables de créer, mais eux, ce sont des médiocres, des jaloux et des traîtres.

      • Souris donc
        Mercredi 24 Juin à 19:34

        "La réponse des spécialistes à la confluence de l'histoire des techniques musicales, de la physique, de la médecine, de la biologie et des sciences cognitives."

        L'auteur donne la parole à ses confrères de différentes spécialités. Neurologues, psychiatres... et à des physiciens et autres scientifiques concernés par le son. Et à des musiciens. Je me souviens des débats sans fin sur le nombre de Hz du diapason qui donne le la. Les cuivres voulaient le monter à plus de 440 Hz, pour que leur son soit plus éclatant, les contrebasses pas d'accord. J'ai craint la fin de l'orchestre symphonique.

      • Mercredi 24 Juin à 21:00

        @ Ewers... !!

        CQFD !... Il y a même, en plus, la beauté et l'élégance.

        Quant aux revisiteurs du (grand) soir, et autres "performeurs", j'ajouterais juste pour dire quelque-chose "orgueilleux et prétentieux au delà de tout".

         

        J'ai parfois comme l'impression que le nombre de zéros sur les chèques qu'ils encaissent est directement proportionnel à la quantité de zéros qu'ils mériteraient pour leur travail... (mais n'allez pas le leur répéter.)

         

      • Mercredi 24 Juin à 21:10

        @ Souris donc... ?

        Je n'ai aucune compétence en musicologie, mais je reste néanmoins encore très dubitatif sur le rôle de psychiatres, par exemple, dans une telle approche de la musique, même avec la présence heureusement indispensable de musiciens et chefs d'orchestres

        Le résumé ("...aux confins de l'art et de la médecine") et la critique que je viens de parcourir sur Babelio sont insuffisants pour me faire un avis justifié, mais semblent éclairer votre "des scientifiques concernés par le son".

        Le "son" est-ce déjà ou encore de la musique... la musique est-elle réductible au son ? Je ne répondrais pas...

        Votre anecdote sur le mini conflit entre instrumentistes (je fais abstraction des compétences et talents des uns et des autres) est assez révélateur...

         

         

      • Souris donc
        Jeudi 25 Juin à 07:59

        Bedeau, essayez-donc de vous empêcher de marcher au pas quand vous entendez une marche militaire. Les dictatures utilisent ce pouvoir de la musique. Mettre au pas.

        A Bastille à l'heure du déjeuner, tous les corps de métier avaient dans leur cahier des charges l'obligation de venir parler de leur travail. Belle vulgarisation : 

        Patricia Petibon a attiré l'attention sur "l'agressivité" des aigus des sopranos. L'aria virtuose des la Flûte Enchantée, la Reine de la Nuit, joue sur le voisinage des graves et des aigus, casse-gueule pour la soprano, les spectateurs connaissent chaque note, le rôle est limité à 2 arias, des heures à attendre en coulisse, aucune soprano connue ne s'y risque.

      • Ewers
        Jeudi 25 Juin à 09:01

        @bedeau : "Souris donc" vous a mis en garde, plus haut, contre les abominables dangers de la musique militaire qui, magiquement, ferait marcher tout le monde au pas -- de l'oie, évidemment. A se demander pourquoi le tyranneau Foutriquet 2.0 ne demande pas à son grantami Attali, qu'on prétend aussi chef d'orchestre (existe-t-il des limites à ses incompétences ?), de diriger des concerts radioBFMdiffusés, pour sidérer avec Sambre et Meuse ou Erika les derniers méchants rétifs à l'euromacronisme.

        Voici en tout cas un exemple de marche occidentale célèbre jouée avec un enthousiasme certainement démoniaque par un orchestre de Tokyo :

        https://www.youtube.com/watch?v=uSQKdpDnX2w

        C'est bien simple : on croirait entendre le philharmonique de Berlin. D'ailleurs, Wagner donnerait(*), selon  certains, envie d'envahir la Pologne.

        (*) C'est faux. Encore un mot de mauvais esprit se croyant spirituel. Autant prétendre que le rap donne envie de taper sur les gentils policiers.

        J'ai écouté tous les opéras de Wagner, dont Rienzi, pendant notre séquestration ordonnée sous de faux et mauvais prétextes. Pire encore, j'avais pris soin de relire Lavignac et Nietzsche. Eh bien, aucune envie d'envahir la malheureuse Pologne. Tout juste le sentiment qu'existe bien une hiérarchie entre Wagner, Bach, Mozart et tous les autres y compris les Beach Boys et les Bangles. ;-)

      • Souris donc
        Jeudi 25 Juin à 11:22

        La musique militaire, la musique militaire... Faut faire le distinguo entre l'orchestre symphonique de la Garde Républicaine, et la fanfare*, et même la musique de la Légion le 14 juillet qui doit respecter une distanciation sociale.

        Merci pour le Tokyo Philar, ce doit être du second degré, leur Panzerlied, c'est pas possible autrement.

        *Dans l'orchestre symphonique, traditionnellement les cordes étaient issues de familles bourgeoises (on met les enfants au violon) et les vents de la fanfare. Evidemment maintenant ils sont tous recrutés dans les Conservatoires. Mais la tradition s'est maintenue, les vents font leurs ploucs obsédés, collent des famapoil à l'intérieur des étuis de leur instrument. Eux sont tous solistes, et les violons sont tuttistes. Donc fort logiquement, les vents les appellent "la volaille", "la basse-cour".

        (Source : Bernard Lehmann, L'orchestre dans tous ses éclats, Ethnographie des formations symphoniques, Ed. La Découverte)

      • Jeudi 25 Juin à 14:29

        @ Souris donc ????

        Je n'ai pas très bien compris pourquoi le fait de ne pas bien m'expliquer, et de m'en étonner, en quoi la présence de psychiatres (en plus de celles, évidentes, de chefs d'orchestre, de compositeurs, d'instrumentistes, de professeurs de chant et d'historiens de la musique, et même de neurologues, etc.. ) dans un livre consacré à la musique et aux sons (que je n'ai pas lu et dont je risque de ne ne pas tirer tout le profit attendu par son auteur...!) pouvait faire de moi un de ces individus dont Einstein aurait dit :

        Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique [militaire] : ce ne peut être que par erreur qu'ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement.

        Ou la victime (consentante ?) d'une quelconque dictature... 

        Mais, bon...

         

      • Souris donc
        Jeudi 25 Juin à 14:41

        Pour me faire pardonner mes intrusions, Bedeau, Le tempo ralenti de la Légion. Tiens voilà du boudin, pour les Belges ça va plus, ce sont des tireurs au cul. (pas comme nous autres).

        Le 14 juillet ils défilent sans leur chèvre, pourquoi ?

        Souris donc, votre groupie inconditionnelle.

      • Jeudi 25 Juin à 17:24

        @ Souris donc...

        J'ai comme l'impression que ce 14 juillet 2020 aura comme un goût amer...

        Je ne suis pas fan des manifestations "républicaines" qui rappellent en arrière-plan les années révolutionnaires et celles de la Terreur et les philosophes des "Lumières" (mais contrairement à mes frères mélaninés vers le sombre, je fais avec mon Histoire de France) Par exemple, je préfère "valeurs de la France" à "valeurs républicaines" (voir "un paysan savoyard"), mais bon...

        Il y a des choix qui n'engagent que ceux qui les font:

        Cérémonies religieuses pour la Fête de Pâques : annulées.(et sanctionnées en cas de Messes à huis-clos)

        Fête de la Musique : autorisée (en faisant appel au civisme républicain de chacun et ·cune)

        14 juillet : revisité, revu à la baisse (les bals des pompiers seraient maintenus: avis aux djeun's des quartiers)

         

        23 juillet : obligatoire (?) -Sainte Brigitte- (collecte nationale en vue de relooker les salons élyséens)

         

      • Ewers
        Samedi 27 Juin à 11:43

        @bedeau : Les Asiatiques étant des êtres humains comme les autres, ils sont capables de tout -- enfin, certains d'entre eux. Outre la version enthousiaste du Panzerlied indiquée supra (version qui n'a rien de "second degré", notion gauchiste qu'on ne confondra pas avec la distance ironique, la parodie, le pastiche), version qui vous a laissé muet, cette variante, mentionnée ailleurs, est une abomination, elle (ou alors c'est de l'appropriation "culturelle" avec de gros guillemets de distanciation intellectuelle au "second degré" affectionné par télérama, si mes souvenirs lointains sont exacts) :

        https://www.youtube.com/watch?v=EmR7kaqfp5A

        Mais déjà, pour oser produire un dessin animé intitulé "Girls and Panzer", faut avoir un BIOS très atypique. ;-)

      • Samedi 27 Juin à 20:12

        @ Ewers...!

        Il arrive un moment où les échanges, sur ce blog, sortent de ma "zone de confort" intellectuel et culturel... il va de soi que je recherche, et encourage parfois, des échanges qui vont au-delà du simple commentaire de circonstance suivi d'une brève réponse polie, comme c'est parfois le cas sur certains blogs.

        Mais... N'étant familier ni des subtilités des techniques symphoniques ou chorales, ni de la culture japonaise populaire ou traditionnelle (rien que dans cette phrase j'ai dû mettre une douzaine de contre-sens), j'ai préféré m'abstenir plutôt que de passer pour un *** dépassé. J'aurais peut-être donner cette précision en temps réel...? Dommage...!

        Il n'empêche que je trouve à la fois plaisant et intéressant de voir comment, à partir d'un article à propos d'un concert donné -le plus sérieusement du monde- devant quelques centaines de laitues et de géraniums, on en arrive à parler de mangas et d'écolières nippones, ou d'étuis à violoncelle et de fréquence vocale des soprano, avec un détour par la discrimination positive et quelques arbres "remarquables"...

         

         

        Pourvu que ça dure...

         

      • Ewers
        Samedi 27 Juin à 20:30

        Le Panzerlied japonais jubilant n'ayant eu pas eu l'honneur d'une appréciation, je me suis vu ostracisé, stigmatisé, même, et pire : vu comme un méchant à noter d'une pierre noire.

        La dérive, c'est l'essence et l'agrément d'une conversation à la française. On peut aussi répondre à la manière du funèbre salomon face à une commission d'enquête -- mais là, ce sera sans moi.

        Pour finir : Ewers est, entre autres, l'auteur d'un recueil de nouvelles fantastiques, Das Grauen, traduit par Dans (Das) l'épouvante (grauen) -- c'est le sentiment qu'inspire, de plus en plus, la marche boiteuse des temps. On voudrait ricaner à l'idée de concertistes réunis devant un public de plantes vertes, et on trouve soudain que l'idée n'est pas si drôle, d'être si sérieuse.

         

      • Samedi 27 Juin à 21:45

        @ Ewers...

        Est-il utile de préciser que telle n'était absolument pas mon intention ?

        Et si je suis, bien entendu, entièrement d'accord pour reconnaître l'intérêt des digressions au cours d'une conversation, encore faut-il être capable de les développer et de les argumenter... ce qui n'était pas mon cas dans le cas présent.

         

         

        A part ça, devant les plantes vertes mélomanes comme devant le reste de l'actualité, je balance continuellement entre larmes et ricanement...  désespoir et dérision... je ne sais pas de quel côté je vais tomber

         

      • Ewers
        Samedi 27 Juin à 23:51

        @bedeau : Charles Filippi, un chroniqueur de l'ancien Rivarol de qualité (bien avant Bourbon, donc), avait trouvé un bon "gimmick" pour finir ses billets : "Faut-il en rire ou en pleurer ?"

         

      • Dimanche 28 Juin à 12:35

        @ Ewers...

        Je crois, sans vouloir paraître  présomptueux, qu'à la lecture des nouvelles aventures de monsieur et madame Macron  (Président·e·s de la "République française") sur les réseaux sociaux et dont je viens de faire écho, il ne se poserait plus la question .. (même pleurer de rire est exclus...) cry cry cry...

    6
    Jeudi 25 Juin à 20:08

    Les plantes vertes sont des terriens comme vous et moi.

     

    Les "restaurations espagnoles" sont des tentatives pleines de bonnes volontés faites sans l'aval des autorités par des amateurs dépourvus de tout talent. 

      • Vendredi 26 Juin à 11:54

        @ Pharamond...!

         

        C'est exact...

        Et, d'après certains textes sacrés, les plantes auraient même été créées sur Terre bien avant l'Homme (et la Femme, peu de temps après) "Que la terre verdisse de verdure : des herbes portant semence et des arbres fruitiers donnant sur la terre selon leurs espèces des fruits contenant leur semence" (J+3)… "Faisons l’homme à notre image, comme notre ressemblance, et qu’ils dominent sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bestiaux, toutes les bêtes sauvages et toutes les bestioles qui rampent sur la terre"  (J+6)...

        Il n 'est nulle-part question de "dominer" les herbes et les arbres fruitiers, les rodendrons (mettre le "h" où bon vous semble) ou les champignons hallucinogènes (en parlant de "h")

        Les pousses de soja et les topinambours sont donc en droit d’affirmer "La Terre, elle nous appartient, et si ça ne vous plait pas, vous pouvez changer de planète"

         

        (PS. la "bonne volonté" ne suffit pas toujours... c'est une leçon à méditer..)

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :