• Cette fois, je vais craquer, c'est sûr...

     

    On ignore si il s'agit là d'un des conséquences collatérales et perverses du "réchauffement climatique" ou si c'est un des effets nocifs indésirables du vaccin antigrippal à la mode... mais c'est cette jeune personne qui a influencé pendant des mois tous les "grands" de ce Monde, de Barack Obama au pape François Ø, en passant par le jury du prix Nobel de la Paix et le chef d'une tribu amazonienne, qui se brode son petit QRcode de pass-sanitaire au point de croix. On peut, bien sûr, on doit, même, continuer lui accorder une confiance illimitée dans le domaine de la climatologie comme dans celui de l'infectiologie. Et du canevas.

    .....  

    Je vais craquer...!
    6:44 PM · 18 juil. 2021 · Twitter for iPhone

     

    ...et ceci n'est ni un fake, ni un photo-montage :

    https://twitter.com/GretaThunberg/status/1416801148145651715

     

     

     

    « MAIS, JE N'EN PEUX PLUS, MERDE...!De quoi est-ce le nom ? »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    2
    Python
    Lundi 19 Juillet à 19:53

    "The bright side of life", quand on est sur le point de crever...

    https://www.youtube.com/watch?v=SJUhlRoBL8M

     

      • Lundi 19 Juillet à 21:09

        @ Python...?

        Comme disait çui-là qui s'y connaissait un peu en mort annoncée (non, pas Bernard Tapie, un autre...):

        A l'orée de la seconde partie de cet opusculaillon, une autre question se pose : devons-nous aller gaiement à la mort ? Pouvons-nous, au moins, vivre heureux en l'attendant ? Je réponds oui. Je réponds oui avec une tranquille assurance, bien que je ne sois pas plus qualifié que le pape ou Lénine pour distribuer des règles de vie à mes contemporains dont la solubilité dans l'humus final reste, après tout, la seule certitude palpable.

        et d'ajouter (ou d'avoir écrit un peu avant) :

        Je hais les médecins.
        Les médecins sont debout. Les malades sont couchés.
        Le médecin debout, du haut de sa superbe, parade tous les jours dans tous les mouroirs à pauvres de l'Assistance Publique, poursuivi par le zèle gluant d'un troupeau de sous-médecins serviles qui lui colle au stéthoscope comme un troupeau de mouches à merde sur une bouse diplômée, et le médecin debout glougloute et fait la roue au pied des lits des pauvres qui sont couchés et qui vont mourir, et le médecin leur jette à la gueule, sans les voir, des mots gréco-latins que les pauvres couchés ne comprennent jamais, et les pauvres couchés n'osent pas demander, pour ne pas déranger le médecin debout qui pue la science et qui cache sa propre peur de la mort en distribuant sans sourciller ses sentences définitives et ses antibiotiques approximatifs, comme un pape au balcon dispersant la parole et le sirop de Dieu sur le monde à ses pieds.

         

                                                                

    3
    Mardi 20 Juillet à 18:33

    Le vaccin antigrippal à la mode. Il est regrettable que certains ne la suivent pas.

      • Mardi 20 Juillet à 20:47

        @ Dr WO...!

        Tout dépend de la personnalité des influenceurs.

        "changer de code."

        Jacques Attali : "L'histoire de l'Humanité est une longue traduction de l'être vivant en un objet, en un artefact..../... Nous sommes très capables de créer des vaccins qui vont améliorer le code générique.../... Au bout de la route, c'est quoi ? C'est de fabriquer de façon artificielle, à partir de ce code, des êtres artificiels."

         

        (vidéo à décrypter, bien sûr, derrière les dégoulinures de philanthropie et d'altruisme, trouvée sur un site globalement infréquentable par les gens fréquentables, mais généralement remarquablement documenté.)

         

         

      • Mardi 20 Juillet à 23:01

        L'ARNm du vaccin est très rapidement détruit dans la cellule et ne pénètre pas dans le noyau où siège l'ADN. Il faut arrêter de fantasmer.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :