• Ça va très mal.

     

    La COP25 s'ouvre demain, lundi 2 décembre, en Espagne, pour mettre fin au réchauffement climatique qui touche la planète.

    Mais...

    Ça va très mal :

    La jeune militante activiste etc... écologiste, de retour de New-York dans son zoli fameux bateau fin comme un noiseau, Greta Thunberg, sans qui rien ne pourrait être sérieusement discuté ni décidé par les autres experts du monde entier, n'arrivera que mardi (au mieux) sur les côtes européennes.

    Et au Portugal. Forcément

    Et elle ne peut pas, bien sur, prendre l'avion pour aller vite vite de Lisbonne à Madrid surtout devant tous les journalistes présents.

    Ni faire le trajet avec une auto à moteur thermique et fumant et pétaradant et polluant, qu'il faudrait ramener à Lisbonne, avant de repartir en Suède à bicyclette.

    Reste une voiture électrique mais, sur ce tronçon de route ibérico-ibérique, les infrastructures pour en recharger les batteries seraient très largement insuffisantes

    Et, en plus, un groupe écologiste espagnol local, hostile à une exploitation à ciel ouvert d'une mine de lithium pour ces mêmes batteries, mine qui défigurerait le paysage et détruirait le poumon vert de la région s'y oppose au nom de la Nature et de la Planète.

                   Ça va mal pour le climat

    Quand ça va pas, ça va pas.

     

     

     

    « "Fermez les bistros !..."Choisis ton camp, camarade... (+MàJ) »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 1er Décembre 2019 à 22:48

    Avec un bon coup de pied au Q énergique bien appliqué, ça devrait le faire...et c'est écolo. Après ça, pour concurrencer Ariane, on pourra l'appeler Greta espace. 

    Bonne nuit

    Stan

      • Dimanche 1er Décembre 2019 à 23:14

        @ Stan.P...?

         

        qui parle d'écologie ???

         

        Pour faire traverser l'Atlantique à Greta Thunberg, sa skipper... a pris l'avion (source) 

        "Comment ose-t-elle ?" s'interrogeront certains, reprenant à leur compte la désormais célèbre apostrophe de Greta Thunberg. Car ce dimanche 1er décembre, The Sunday Times rapporte que pour ramener l'adolescente suédoise des États-Unis et la conduire en Europe, où elle doit assister à la COP 25 sur le changement climatique, à Madrid, une skipper britannique a dû rallier le Nouveau monde en avion.

        Le même type de polémique avait émergé en août dernier, avant que la jeune militante rallie, en voilier, le sommet mondial de l'ONU pour le climat, qui s'est tenu le 23 septembre. Plusieurs personnes s'étaient toutefois rendues en avion à New York, où se tenait l'événement, pour ramener le navire. Les deux skippers Pierre Casiraghi et Boris Herrmann avaient dû recourir au même mode de transport pour rentrer en Europe.

         

                                

         

    2
    Lundi 2 Décembre 2019 à 12:07
    Pangloss

    Encore quelques COP ét la planète est foutue.

      • Lundi 2 Décembre 2019 à 13:53

        @ Pangloss...:    

         

        - Greta, un dernier mot pour nos auditeurs ?

        - La planète se meurt, la planète est morte... Morte, oui, mais guérie...!

        - Merci Greta, et à la prochhhhhhhh.....

        - .............

         

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :