• Bonne nuit, les bobos, les gogos...

    Ils ne vont pas s'emmerder les parisiens, ce week-end...

    Si j'osais, j'irai acheter un billet de train, et hop... direction Hidalgogoville, la ville-lumière reine-du-monde !

    Il parait que "Les rues de Paris se transforment en musée à ciel ouvert ce samedi 6 octobre, dans le cadre de la 17ème édition de la Nuit Blanche. L'opportunité pour les visiteurs de découvrir les talents émergents de l'art contemporain gratuitement. Au total, plus de 180 projets sont visibles dans les rues de la capitale", sous le haut patronage du célébrissime (je crois) Gaël Charbau (commissaire et critique d’art indépendant) à travers "4 Constellations" (?)

    Bonne nuit, les bobos, les gogos...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Constellation des Invalides ...un bar éphémère sera installé sur le Pont Alexandre III, Cette structure éphémère modulable en bois mettra en lumière un réverbère. Elle est soutenue par Le Perchoir qui organise sur place une collecte géante d'objets culturels.

    Constellation de la Villette ...les promeneurs pourront admirer les derviches tourneurs de Syrie et un geyser d'eau et d'argile rouge devant la Cité des sciences !

    Constellation de l'Ile Saint-Louis ...un œil ouvert sur le monde arabe avec une œuvre réalisée en direct par l'artiste marocaine Houda Terjuman.Dans la nef centrale du Collège des Bernardins, les visiteurs pourront admirer l'installation monumentale "Echo de la naissance des monde" d'Abdelkader Benchamma. L'oeuvre, troublante, s'inspire de "réflexions sur l'espace et sa réalité physique, ses limites et ses zones de contact avec des espaces mentaux"

    Constellation de la Porte Dorée  ...le programme s'installe au Musée de l'Immigration, sur les berges du lac Daumesnil (avec des structures en paille insolites) ou au Palais de la porte Dorée où il sera possible d'admirer une installation du plasticien Benjamin Loyauté: L'expérience de l'ordinaire, réalisée à partir d'un bonbon mystère,

     

    Heureusement il y a internet qui va m'éviter un voyage aventureux dans certaines zones peu sures du territoire national pour un mâle blanc de plus de 50 ans.   

    best of of the web (que je vous recommande chaudement, mais je ne serai malheureusement pas des vôtres cette nuit ! Vous me raconterez ?)

    Last Yearz Interesting Negro au Théâtre de la Ville: Pour la Nuit Blanche, la danseuse Jamila Johnson-Small investit le Théâtre de la Ville avec sa troupe Last Yearz Interesting Negro, pour une performance entre danse et états de transe, afin d’explorer les stéréotypes des corps noirs, queers ou minoritaires.

    Bonne nuit, les bobos

     
    Des métros transformés en jungle: Pour la Nuit blanche 2018, la RATP a laissé Florian Viel introduire la jungle dans des métros de la ligne 1. Ne soyez pas surpris si vous vous accrochez à une liane plutôt qu'a une barre de métro, ce samedi 6 octobre 2018 soir.

    Le jardin Nelson Mandela transformé en marché de babioles pour EMMAÜS Solidarité: Le jardin Nelson Mandela va être transformé en marché de babioles ce samedi 6 octobre 2018, pour la Nuit Blanche ! Si l'idée semble farfelue, Bertille Bak souhaite y vendre des oeuvres babioles dont les bénéfices iront à EMMAÜS Solidarité.

    Corps de lumière, exil à l'Église Saint-Eustache: Profitez de la Nuit Blanche 2018 pour visiter l'Eglise Saint-Eustache, samedi 6 octobre 2018 de 19h à 5h. Toute la nuit, on pourra découvrir les installations de 7 étudiantes de l'ENSAD, sur le thème de la lumière et de l'exil. Une forêt crépusculaire, un tapis virtuel et des housses de coussin vidées de leur substance, un beau parcours à faire !

    Bonne nuit, les bobos

     
    Un orchestre éphémère à la Canopée des Halles: A l'occasion de la Nuit Blanche 2018, un orchestre pas comme les autres va se produire sous la Canopée des Halles : 100 amateurs inconnus vont se réunir pour joue le Boléro de Ravel, l’Hymne à la joie de Beethoven et une œuvre contemporaine de Imsu Choi sous la direction de la cheffe d’Orchestre Alexandra Cravero !
     
    Écho de la naissance des mondes, Abdelkader Benchamma au Collège des Bernardins: Pour la nuit Blanche 2018, le collège des Bernardins va ouvrir ses portes samedi 6 octobre 2018 en nocturne pour nous laisse profiter de l'installation Echo de la naissance des mondes, signée Abdelkader Benchamma. Pour les 10 ans de la réouverture du collège des Bernardins, Abdelkader Benchamma a décidé de modifier la nef centrale avec d'immenses formes profuses, abstraites et dynamiques. (L’œuvre, troublante, s'inspire de "réflexions sur l'espace et sa réalité physique, ses limites et ses zones de contact avec des espaces mentaux")

    Bonne nuit, les bobos

     
    Une procession sur l'Île Saint-Louis pour la protéger des crues: Pour la Nuit Blanche 2018, 300 parisiens vont réaliser drôle de performance sur l'Île Saint-Louis. Le temps d'une nuit, ils vont réaliser des objets pour remercier les cieux que l'île ne soit pas touchée par une crue !

    Des défilés Andrea Crews toute la nuit à l'Hôtel de Ville: Pour la Nuit Blanche 2018, Maroussia Rebecq investit la Salle des fêtes de l'Hôtel de Ville pour des défilés ouverts à tous ! Pour cette performance, Maroussia Rebecq, pionnière de l’upcycling avec sa marque Andrea Crews, a déniché de vieux vêtements sur Le Bon coin et les a retravaillés pour en faire des pièces uniques. Cette collection 99 vêtements populaires sera portée toute la nuit par des inconnus, des parisiens trouvés via un casting sauvage.

    Bonne nuit, les bobos

     
    Nuit Blanche 2018 aux Invalides - musée de l'Armée: Ce samedi 6 octobre 2018, le musée de l'Armée fait sa Nuit Blanche et invite les parisiens à déambuler dans les allées de l'Hôtel des Invalides, investi par chanteuse syrienne, Waed Bouhassoun, accompagnée par l'orchestre Orpheus XXI.
     
    Le street artist ZEVS va "liquider" la Tour Eiffel: A l'occasion de la Nuit Blanche, la Tour Eiffel se transforme le temps d'une soirée, le 6 octobre 2018, et invite le street artist ZEVS à réaliser une performance de mise en lumière, "liquidant" la Dame de Fer. Intitulée Eiffel Phoenix, l’œuvre est au prolongement des parcours Constellations des Invalides et de Super Kilomètre.

    Un geyser à la Cité des Sciences ! Ce samedi 6 octobre 2018, la Cité des Sciences va être en effervescence toute la nuit, avec la venue de Fabien Léaustic, un artiste-ingénieur qui va transformer les jets d'eau en geysers extraterrestres ! Pour l'occasion, la cité des sciences sera ouverte (et gratuite) jusqu'à 22h.

    La Première nuit du temps humain au Palais de la Découverte: Pour la Nuit Blanche 2018, le compositeur Zad Moultaka a reproduit les sons de la Première Nuit du Temps humain il y a 300 000 ans, ainsi que ceux de la Nuit de l’Histoire des hommes, en partant de l’astronomie des Sumérien ! A découvrir samedi 6 octobre 2018 de 19h à 2h.

    Bonne nuit, les bobos

     
    Les oiseaux de passage à l'école Armand Rousseau: Pour la Nuit Blanche 2018, Anthony Carcone nous fait écouter des oiseaux aujourd'hui en voie de disparition à l'école Armand Rousseau, samedi 6 octobre 2018 de 19h à 4h.
     
     
     Sacrés veinards de parisiens... et on dit "Merci qui ? "

     

    "Merci, madame Hidalgo..."

    Bonne nuit, les bobos

    (ceci n'est ni une œuvre de porn'art, ni une "performance" exhibitionniste, ni une ébauche de cours d'éducation sexuelle)

    Bonne nuit, les bobos, les gogos...

    "Et encore, merci pour tout."

     

     

     


    « Michel et Francis C'est çui qui l'dit qui y'est... »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 7 Octobre à 10:02
    Pangloss

    Des "installations et "des performances" qui "investissent" des "lieux". Heureusement que tout ça est "éphémère"!

      • Dimanche 7 Octobre à 14:53

        Personnellement, je ne saurais reprocher aux "installations et performances qui investissent des lieux", d'être éphémères !

        A noter que, grâce à madame la mairesse de la capitale, à monsieur le ministre de l'intérieur intérimaire, au recteur de la grande mosquée de Paris et à l'imam de l'institut du monde arabe, aucune incivilité et aucun incident ne sont à signaler, ce qui veut bien dire que aucune incivilité ni aucun incident n'ont eu lieu ?

        Non ?

        Ah... bon !

        Pourtant, comme le titre "Le Parisien", ce fut [une] "Nuit Blanche 2018 : une nuit rebelle"...

        Et malgré des messages sans équivoque

        Place de l’Hôtel de Ville, "Soulèvement", une réplique du Triomphe de la République par Ugo Schiavi,

        prise d’assaut par des personnages appelant à l’insurrection.

         

    2
    Dimanche 7 Octobre à 17:24

    En tant que Parisien, j'ai comme un blanc sur cette nuit. Heureusement que vous m'avez fourni le programme et la vidéo. 

      • Souris donc
        Dimanche 7 Octobre à 17:48

        Comment ça, Dr Wo ? La table de ping-pong et la pissotière newlook, à elles seules valent le déplacement.

      • Dimanche 7 Octobre à 20:09

        Ben, oui... c'est comme ça...

        Si le docteur WO ne voulait ou ne pouvait pas faire le déplacement pour jouer au ping-pong ou aller uriner sur les bateaux-mouches, il aurait au moins pu essayer d'apercevoir, depuis chez lui, l'installation "Eiffel Phoenix" :

        "Le but de l’artiste ? "Redistribuer le temps, la lumière électrique de la tour Eiffel", entre déconstruction et construction, faisant *tomber* une à une les lumières de la Tour dans un ordre inverse à  sa construction, avant de les rétablir, palier par palier."

        ou, autrement dit:

        "En s’accaparant le chef d’œuvre de Gustave Eiffel ainsi que son système d’éclairage, ZEVS dans son projet *Eiffel Phœnix* redistribue le temps, la lumière électrique de la Tour Eiffel et détourne, à dessein, la fonction spectaculaire.

         

        "Symboliquement, la mise en abyme de la Tour Eiffel est celle de la civilisation, la nôtre. Une civilisation à bout de souffle, étranglée par le productivisme effréné et la catastrophe écologique qui en découle largement.

        "Et l’artiste va prolonger les frictions entre le spectacle et la réalité jusqu’au matin. Palier par palier, du haut vers le bas, l’éclairage officiel de la Tour Eiffel va reprendre ses droits, délimitant et rappelant les différents épisodes de la construction de Gustave Eiffel en 1889. Devenu le spectateur d’une catastrophe qui n’a pas eu lieu, le public aura compris le message."

        ...le public aura compris le message...le public aura compris le message...le public aura compris le message. (fastoche)

         

    3
    Dimanche 7 Octobre à 20:36

    Quand les artistes se prennent pour des messagers, c'est la fin de l'art et le début de la propagande.

      • Souris donc
        Lundi 8 Octobre à 10:59

        Au moins ça occupe tous ces intermittents du spectacle qui coûtent un bras au contribuable.

        Merci Madame Hidalgo de recharger le nombre d'heures éligibles au régime. 507 heures/an.

      • Lundi 8 Octobre à 15:07

         

         

         

        Je ne suis pas certain que la majorité des artistes retenus pour la nuit blanche soient tous des intermittents du spectacle en attente d'allocation chômage !

        J'ai fait une recherche sur internet pour quelques-uns  de ceus que je cite...la plupart ont un site web tout à fait professionnel ou des pages entières sur le site de galeristes (connus?). Mais il est fort possible que dans certains cas on assiste à comme un début de propagande !

         

         

         

        Andreé Crews Andrea Crews détourne les codes de la mode, grâce à sa démarche innovante d’upcycling et son style streetwear couture.

        Elle est précurseur d’une mode décomplexée, colorée et se décline en deux lignes. La ligne High street et la ligne artisanale réalisées dans son atelier parisien du marais.

        Le style d’Andrea Crews est oversize, unisexe, coloré et audacieux, il joue avec les mélanges de matières, les imprimés forts et le détournement des codes vestimentaires.

        Maroussia Rebecq est la fondatrice et directrice artistique d’Andrea Crews depuis plus de 10 ans, et du nouveau project space le Coeur. Fort de ses activités transdisciplinaires, de ses partenariats et de son réseau d’influenceurs, AC. Studio fédère des talents créatifs aux multiples compétences. AC. Studio est une plateforme dynamique qui met son expertise de direction créative et de stratégie de communication au service des marques.

         

        Fabien Léaustic Fabien Léaustic présente comme particularité d’être diplômé à la fois d’une école d’ingénieur et de l’école nationale supérieure des arts décoratifs de Paris.
        Soutenu par la DRAC Bourgogne Franche-Comté, Il expose son travail en France ou à l’étranger, dans des institutions (Palais de Tokyo, CENTQUATRE Paris, Centre des arts Enghien les Bains, Casa de Velazquez Madrid, FRAC Franche-Comté...) ou des structures indépendantes (Fondation Vasarely Aix-en-Provence, Espace Pierre-Cardin Paris...). Après deux années de résidence à la cité internationale des Arts de Paris, Fabien Léaustic poursuit ses recherches au sein du programme doctoral SACRe (Sciences, Art, Création, Recherche) financé par PSL (Paris Sciences Lettres).

         

        Abdelkader Benchamma Toujours la sensation sans vertige d’un vide. Une force immanente mais complètement invisible, qui agit comme un vortex sidérant : là, tout disparaît. Dans les dessins d’Abdelkader Benchamma, cette attraction semble mener le bal des éléments et les vampirise. A chacune de ses œuvres, une odeur de gouffre est colonne vertébrale : ce stimulus magnétique qui parfois fait s’arrêter en un suspens, un saisissement, les éléments pourtant fluides mis en scène, eau, terre ou nuage. Le vide donne ses règles à cet univers autant, voire davantage, que les formes qui y valsent, qui lui résistent tant bien que mal. Comme on parle des trous noirs, y aurait-il des trous blancs ? Ce n’est pas le néant aux alentours des figures qui tonne mais bien celui en leur sein : il les engendre, autant qu’il les phagocyte. Cet oublié de la création happe en premier le regard et, sur l’environnement qui en prolifère, le force à se faire différent.

         

        Florian Viel "Je cherche et compare des images du monde des Tropiques. Conscient de leur stéréotype, je les assemble, les dissocie, les rend abstraites afin d'en tirer leur essence. Je travaille à l'identification de la tribu que les Occidentaux ont créée à partir de leurs fantasmes. Fantasmes de ces lieux lointains de leur quotidien.

        Qu'avons-nous construit à partir de ces idéaux ? Qu'en est la réalité lorsqu'elle se trouve confrontée à ce type d'espaces, entre inspiration et total décalage ? Comment vivent ces enclaves, toutes liées à un même destin : l'amusement ?"

         

        Last Yearz Interesting Negro Last Yearz Interesting Negro mêle musique électronique et performance, récit intérieur et état de transe, afin d'explorer les stéréotypes des corps noirs, queers ou minoritaires. Se frayant des espaces entre les fissures du temps ou de la mémoire, la londonienne convoque un vocabulaire corporel mixant ceux de l'humain et du non-humain, de l'objet, de l'animal, de la machine et des énergies qui transitent. L'artiste propose d'inviter divers intervenants à s'affranchir des limites et des hiérarchies du théâtre conventionnel, afin d'installer un moment d'osmose et d'échange intense avec le public. Conçue comme un espace chimérique autant qu'un champ de bataille, la performance i ride in colour and soft focus, no longer anywhere déstabilise, fracture et fragmente les schémas de pensée pour vivre une expérience unique. Avec la complicité de Vittoria Matarrese (? nd B)

         

        Zad Moultaka Zad Moultaka, né au Liban en 1967, poursuit depuis plusieurs années une recherche personnelle sur le langage plastique et musical. Dans son travail de compositeur, il intègre les données fondamentales de l’écriture contemporaine occidentale – structures, tendances, familles et signes – aux caractères spécifiques de la musique arabe – monodie, hétérophonie, modalité, rythmes, vocalité…
        Cette recherche touche de nombreux domaines d’expérimentation…
        La lente maturation d’une forme d’expression très personnelle a fait naître, à partir de 2003, une série d’œuvres dont la production s’est peu à peu amplifiée. De la musique chorale à la musique d’ensemble, de la musique de chambre à la musique vocale soliste, de l’opéra, l’électroacoustique, la musique de film aux installations sonores et à la chorégraphie…

        Parallèlement son activité de peintre s’est intensifiée depuis 2011. De plus en plus audacieuse, elle éclot à Beyrouth, Abu Dhabi, Venise, Paris et à la Biennale d’Art de Venise (mai –  novembre 2017).
        Il a une personnalité complexe qui le pousse à déchiffrer inlassablement les énigmes et les résistances qui surgissent en lui, questionnant l’histoire, la mémoire, le monde contemporain, à explorer les limites, les rêves, avec ce sentiment d’urgence propre aux créateurs. Un même souci, une même urgence l’animent dans sa quête d’une expression arabe contemporaine et sans concession.

         

        Zevs (Zeus!) Zevs (français, né le 17 novembre 1977 à Saverne) est un artiste urbain connu pour ses dessins poétiques d’ombres à Paris. Né Christophe Aguirre Schwarz, il est considéré comme l’un des pionniers du Street art français. Remarqué dans les années 1990, il devient un graffeur influent. Il prend le pseudonyme Zevs après qu’un train nommé Zeus ne manque de l’assommer dans le métro parisien.
        L’artiste gagne en popularité parmi les amateurs d’art grâce à Visual Kidnapping (2002-2004), terme inventé après avoir découpé un modèle d’une affiche Lavazza sur un panneau dans le centre de Berlin et inscrit Visual Kidnapping - Pay Now. (œuvres à partir de 30 000 € sur le site)

         

    4
    Lundi 8 Octobre à 18:13
    Paul-Emic

    Paris tient quand même de plus en plus de la décharge à ciel ouvert que de tout autre chose

      • Lundi 8 Octobre à 20:45

        On a une spécialiste qui fluctuat et bientôt mergitur

        mais attention  quand même aux minorités visibles

        Une solution: le blog du PS de Paris (pas le blog de "la MAIRIE de Paris" aww:

        https://desintox.paris/

        (4 articles en ligne depuis le 27 juin 2018)

         

      • Mardi 9 Octobre à 10:12
        Paul-Emic

        pas mal. A quand la peste ?

      • Mardi 9 Octobre à 11:23

        La peste ? ne nous précipitons pas: on a déjà une forte épidémie de lèpre populiste (lepenus-salvinium), de quelques maladies infectieuses exotiques et rigolotes (par exemple: botulisme, varicelle, choléra, cryptosporidiose,  dengue, échinococcose, 'E. Coli entérohémorragique, giardiase, infection à Haemophilus influenzae, Hantavirus, hépatite, fièvre hémorragique, VIH / SIDA, lèpre, fièvre récurrente à poux, paludisme, rougeole, méningococcie, 'encéphalite méningée, oreillons, paratyphoïde, rubéole, shigellose, syphilis,  toxoplasmose, trichinellose, tuberculose, tularémie, typhus et coqueluche). et quelques cas inédits récents et intéressants de "variole du singe" *

                                          (* jeune humain  exilé touché par la variole du singe)

         

        Heureusement la science veille et nous aurons bientôt cessé de souffrir.

         

      • Mardi 9 Octobre à 19:34
        Paul-Emic

        Zut ! il manque le retour d'affection

    5
    Mardi 9 Octobre à 14:40

    On croit avoir touché le fond... mais même pas encore! Prenez vos places, prenez vos billets

    La table de ping-pong "Anne Hidalgo"

    Le plasticien Benedetto Bufalino invite les visiteurs à retourner leur voiture pour la transformer en table de ping-pong. "J'espère qu'Anne Hidalgo voudra retourner toutes les voitures de Paris afin de permettre aux gens de s'amuser ensemble", ironise l'artiste. Celui qui désigne la voiture comme "l'ennemi" veut la détourner de son usage classique. L'installation présentée à la Cité Internationale des Arts n'est pas la première du genre. En 2013, il avait transformé une voiture de police en poulailler.

    C'est gentil et mimi tout plein... mais...Par ailleurs, cet artiste plasticien lors du G20 à Hambourg l’an passé quand il avait défrayé la chronique avec sa "voiture de police barbecue."

    Si on peut pus s'marrer... faut l'dire !

     

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :