• Bon sang... mais c'est bien sûr...!

    Noël... Noël, tu vas (en principe) venir bientôt...

    On peut donc, désormais, acheter des Sapins -dits "de Noël"-, après une lutte longue et acharnée, mais en respectant un protocole très strict tel que défini par un décret quadri-ministériel et sous contrôle permanent des Forces de l'Ordre

    Par contre, les décorations y accrochées traditionnellement (boules, guirlandes, étoiles et fausse neige en aérosol) restent interdites à la vente car non-essentiels : la politique actuelle n'est pas à rechercher le côté festif des choses.

    Evidemment, on oubliera les "joujoux par milliers" : place aux "traditions" chères aux nostalgiques réactionnaires : une belle mandarine, enveloppée dans son papier recyclable, apportera les vitamines utiles en cette période pandémique.

    Apparemment, aussi, la vente et l'achat de Crèches -dites "de Noël"- semble avoir été subrepticement interdits depuis plusieurs années, et leur exposition ostentatoire ou non, dans un lieu public ou privé est hautement répréhensible.

    En conséquence les éléments de décor qui s'y rapportent sont difficilement trouvables dans le commerce, à moins d'en faire discrètement la demande à un employé qui ira subrepticement chercher l'objet du délit dans l'arrière-boutique.

    On peut se demander quel crime ont pu commettre les rennes ou les lutins du Père Noël et les santons de la Nativité ?

    Concernant les santons, la réponse est évidente :

    Noël : immense succès pour le santon à l’effigie du Professeur Raoult !

    Bon sang... mais c'est bien sûr...!

    Le professeur est représenté en blouse blanche, longs cheveux blancs, lunettes métalliques..."Il s’est imposé à moi, c’est quand même un personnage qui marque 2020", explique Fabienne Pardi, maître artisan d’art, fabricante de santons à Saint-Cyr-sur-Mer, dans le Var "Le professeur Raoult symbolise l’espoir d’un traitement, mais cela n’engage que moi. Tout y est, y compris, dans son éprouvette, un minuscule SARS-CoV-2, le virus à l’origine du Covid-19" (source)

     

    Le porte-parole(s) du gouvernement s'est refusé à confirmer qu'un Comité Citoyen Ad hoc étudiait la possibilité de permettre la vente de santons une fois qu'aurait été déterminé quelles personnalités de la Majorité Présidentielle pourraient figurer "le petit bébé PMA qui vient de naître", "le couple de parents#1 et #2 demandeurs d'asile", "les éleveurs éco-responsables de moutons" et "les trois petits livreurs de cadeaux, 'héros du quotidien'".

    Pour le bœuf et l'âne, toutes les suggestions sont les bienvenues...

     

     

    « [(sans titre)]What's up, doc ? »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Pangloss
    Lundi 23 Novembre 2020 à 15:49

    Tout ça commence à bien faire. Ce virus qui tue peu pourrait être contenu par quelques règles qu'on pourrait dire d'hygiène et soigné par des structure hospitalières non débordées faute des moyens pourtant évidemment nécessaires supprimés pour raisons d'économie (combien coûtent l'épidémie, les confinements, les masques, les gels, le chômage technique, les aides etc etc etc?)

      • Lundi 23 Novembre 2020 à 17:06

        @ Pangloss...

         

        On peut discuter de l'explication officielle selon laquelle le français seraient tous des galopins désobéissants à qui il faut serrer la bride. Est-il nécessaire de les punir à ce point, dans tous les domaines de leur vie professionnelle, sociale, familiale et privée ?

         

        Dans un autre commentaire sur un autre article, j'avais évoqué une analyse de Eric Zemmour qui voyait dans les mesures présumées sanitaires du gouvernement un mélange de manifestations d'hubris -la Folie du Pouvoir absolu- et de sainte trouille au souvenir du sang contaminé et à l'approche de divers procès. On peut ajouter à ça l’hétérogénéité gouvernementale qui, "ni droite ni gauche" oblige, est en fait un ramassis d'individualités dont les différences de convictions, d'analyses et de moyens souvent contradictoires, jamais complémentaires, se révèlent dramatiquement inefficaces en cas de crise, réelle ou fantasmée..

    2
    kron et plotiste
    Lundi 23 Novembre 2020 à 23:29

    Ils font semblant d'avoir peur. Les plaintes sont ou seront presque toutes jugées irrecevables. Quand par extraordinaire il y a procès, notre belle justice sait ne jamais condamner les coupables, sous prétexte de ne pas décourager les vocations de [censuré] ivres de pouvoir mais peu désireux d'en assumer les risques et surtout les responsabilités. Manquerait plus que les gueux, les non-essentiels, les riens osent demander des comptes à leurs maîtres, à leurs dieux.

    Fabius n'a pas été président. Quelle terrible condamnation. Le repris de justice à 500 mots de vocabulaire finit par dire le droit. N'est-ce pas d'une grande ironie ?

    Foutriquet 2.0 et sa clique n'ont pas peur d'un risque pénal qui n'existe pas pour eux (la république bananière, c'est le règne du dix poids, dix mesures). C'est du cinéma -- pire : du mauvais théâtre. Les raisons de leurs décisions délirantes sont donc autres. On a le choix entre l'incompétence, la Schadenfreude et l'application d'un plan. Toutes ne sont pas exclusives les unes des autres. "Pick any two", au moins.

    L'hybris est comme ce qui tient lieu de "justice" : elle ne se maintient que par la menace des milichiens.

     

      • Mardi 24 Novembre 2020 à 16:15

        @  kron et plotiste...(?)

        Ce n'est peut-être pas (certainement pas ?) la peur des décisions des juges, ni celle des révélations de la presse, ni celle de l'opinion des gens et encore moins celle des jugements de l'Histoire... mais la panique de décevoir ses sponsors : 

        Notre Président a été engagé (peut-être même à l'insu de son gré et pour ses talents supposés ou réels de habille bluffeur) pour participer à un vaste tournoi international de "Monopoly"... il se retrouve aujourd'hui à l'étroit entre les quatre murs de l'Hexagone à essayer de comprendre les règles du jeu de "Docteur Maboul" face à des partenaires et des adversaires qui ne les respectent pas...

           

        Ne pas être pleinement sûr de soi, dans ces conditions, c'est humain (si j'ose dire).

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :