• A Minaret-les-Bécasses...

    Deux informations apparemment anodines et sans rapport...

    A Minaret-les-Bécasses...

    ...pas franchement de la dernière fraicheur, mais "le temps ne fait rien à l'affaire", comme on dit...

     

     

    Bécassine

    Chez ma cousine

    Depuis sa naissance en 1905, la petite bretonne au visage lunaire, un peu gourde et gaffeuse, est critiquée pour l'image déplorable qu'elle renvoie de la Bretagne. Excédé, un trio de Bretons est même allé jusqu'au musée Grévin pour détruire la statue en cire du personnage, en 1939.

    Un scénariste-réalisateur, Bruno Podalydès, dont je ne me souviens pas avoir vu un de ses films, tourne une adaptation de la B.D. du siècle avant-dernier: "Bécassine", une servante bretonne de Clocher-les-Bécasses "montée à Paris"... Un film jugé insultant par le mouvement "Dispac'h" -anarcho-indépendantiste, anticapitaliste, antifasciste, féministe, écologiste, et internationaliste- ("Révolution" en breton) qui déclare: "Une pseudo-comédie française potache et soi-disant populaire, qui dès ses premières images en dit long sur l'insulte en termes d'identité et de mémoire qu'il adresse aux femmes et à la Bretagne.../...En plus du mensonge historique, ce film est une insulte à la mémoire de notre peuple, une insulte à toutes les femmes de Bretagne et à toutes les femmes qui connaissent ou ont connu l'immigration.../... [le personnage de Bécassine c'est ] comme Banania, c’est un personnage aux traits arriérés, pas cultivé du tout. C’est une vision colonialiste.../...En Bretagne, comme en Corse ou au Pays Basque, on ne nous apprend pas l’histoire de nos territoires. On apprend seulement l’histoire de France. Ainsi, beaucoup de Bretons ne connaissent pas l’histoire de cette migration. C’est aussi l’occasion pour nous d'en faire parler" 

     

     

    Sidy

    Chez ma cousine

    Marie-France a envoyé des centaines de courriers, notamment au Président (de la République française), aux dirigeants du Sénégal, du Mali, etc... seules le Pape et le maire de Puteaux lui ont répondu...

    A Pont-l'Abbé, petite commune bretonne d'à peine 10 000 âmes et néanmoins capitale du pays bigouden, il y vit un jeune écolier, à priori d'origine malienne (ou peut-être sénégalaise), dont l'âge se situerait aux alentours de 18 ans (environ) appelé croit-on à priori "Sidy Camara" (selon ses déclarations) et une brave et gentille bretonne  qui s'oppose à son expulsion, puisqu'il lui a assuré-certifié-juré-craché qu'il "était bien sidy", malgré une photo qui ne lui ressemble pas et des empreintes digitales qui ne sont pas les siennes sur un passeport qui est un faux... (d'après mes recherches personnelles, il ne s'agirait pas du Al Sidy Camara honorablement connu outre-Manche). En vertu de quoi, la même bretonne de Concarneau se dit prête à adopter ce petit garnement: "Sidy a trouvé ici une famille et des liens authentiques sont désormais créés. Sans compter le courage de ce garçon qui malgré, toutes les épreuves, reste confiant et reconnaissant envers son pays d’accueil, explique Marie-France Jeanmaire. Nous voulons montrer que la société civile et le monde associatif sont capables de se mobiliser face à une injustice flagrante."

     

     

    Bamboula et Bécassine sont-ils frère et sœur ?

    A Minaret-les-Bécasses...

     
     

     

    Alors ?

        Mamadou, le vilain Schtroumpf Noir, Sidy, le vieux tirailleur nègre de Banania, Bécassine, les congolais du néo-colon Tintin dans leur propre pays... même combat ?

     

    Bretons/ Immigrés : regards croisés

    A Minaret-les-Bécasses...

     

    Chez ma cousine

     

     

    Arrêtons de rigoler en ces temps de grands malheurs et de grande misère et revenons à des choses sérieuses:

    Georgius / La vraie Gigouillette (1934)

     

    C'est la fille à la meunière
    Qu'a perdu son pantalon,
    En cueillant dans la clairière
    D' l'aubergine et des brugnons...

     

     

     

     

    « Les "poissons-pilotes"Ailleurs, on égorge pour moins que ça »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Mercredi 6 Juin à 11:02

    Certains manquent un peu d'autodérision.... Vive les Cht'is qui ont su tirer profit de leur caricature, sans craindre d'en rajouter !

      • Mercredi 6 Juin à 15:19

        Oserais-je ces réflexions déjà entendues  (ailleurs qu'à propos de" Dispaes'h"):

        "La bézèdach' cépassa'"

        "Padamalgam'h"

         

        même si .....

         

    2
    Souris donc
    Mercredi 6 Juin à 18:37

    Le temps ne fait rien à l'affaire. Quand on est con, on est con.

    3
    Jeudi 7 Juin à 14:52

    Le titre du nouveau Point : "La tyrannie de la susceptibilité"

      • Jeudi 7 Juin à 16:00

        Je n'ai pas lu l'article mais je suis d'accord à 50% avec le titre:

        tyrannie: oui, avec tout ce que ça implique d'arbitraire, d’oppression et de violence...

        susceptibilité: non, car ça sous entend auto-apitoiement et bouderie larmoyante

        au risque de sembler mélanger torchons et serviettes, je ne vois pas de différence notable, sauf de niveau, entre la susceptibilité de certains "extrémistes" musulmans face à des caricatures d'Allah ou à un film sur Mahomet, et celle de certains" indépendantistes" bretons face à un film sur Bécassine... ou celles de certains "progressistes" antiracistes face aux albums de Tintin ou de certaines comptines pour enfants.

        Si j'étais au point j'aurais titré: "La dictature des fanatismes"

    4
    Souris donc
    Vendredi 8 Juin à 10:25

    Je n'ai pas lu Le Point, mais la susceptibilité est bien tyrannique lorsque la moindre plaisanterie est qualifiée de blasphème. Susceptibilité unidirectionnelle, car le Mahométan si prompt à s'offenser pour un rien, n'hésite pas à nous provoquer à longueur de journée par les accoutrements, les exigences de privilèges, les menaces ou intimidations. Quand il ne passe pas à l'acte.

    Le Breton a plus de retenue et de savoir-vivre.

      • Vendredi 8 Juin à 16:42

         

        Ni tout "gwenn", ni tout "dù"

         

        C'est vrai que le Breton moyen a plus de retenue et de savoir vivre que le Mahométan moyen...

         

        Mais certains juquauboutistes peuvent présenter quelques similitudes troublantes (voir les deux pages accessibles par le lien sur les affiches, en particulier "Bretons/ Immigrés : regards croisés")

        Par exemple ?

         

        Le gentil barde breton Glenmor :

        "Et voici bien ma terre...

        la vallée de mes amours...

        l'hiver il n'est qu'un nid

        un visage sans appel

        cette odeur de fumée

        piquée de gel

        et voici bien ma terre

        la vallée de mes amours

        voici venir ailé de nuages

        le sourire d'une mère

        cheveux blancs en bandeau de lumière

        c'est bien ici ma terre

        la vallée de mes amours",

         

        qui est aussi l'auteur de

        "Où allez-vous camarades avec vos fusils chargés ?

        Nous tendrons des embuscades viens rejoindre notre armée..

        Ma mie dit que c'est folie d'aller faire la guerre aux Francs,

        Mais je dis que c'est folie d'être enchaîné plus longtemps.

        La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l'ajonc.

        La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson ..."

        avec interdiction de la chanter pour certains militants d'estème drouate, et parodiée (un peu brutalement) par les Brigandes (ce qui, c'est vrai,  n'est pas nécessairement un critère de qualité) "la rouge v'hermine" :

        "Non je n’ai pas de mots

        Pour les gauchos bretons

        Peut-être qu’ils sont schyzo

        Ou bien ils sont trop cons…

        On leur a pris leur langue

        Et toute leurs traditions

        Mais ils en redemandent

        En terme d’humiliation

        Que les Dieux de l’Afrique

        Ils débarquent en Armor

        Pour sauver la celtique

        Ce vieux sang qui se meurt

        Le pur cochon halal,

        ou l’saucisson casher

        Les cathos en avalent

        De Rennes jusqu’à Quimper

        à la fête de l’Huma

        on tuera le mouton

        Et Servat il chantera

        Le Coran en Breton..."

         

        a également écrit, composé et chanté dans les années 1970 "Kan bale lu poblek Breizh" (renommé Kan bale an ARB) ou "Chant de marche de l'Armée révolutionnaire bretonne" et aurait précisé:  "Kan Bale est un chant partisan écrit pour des partisans. Il n'est donc pas plus bête, pas plus con, que la Marseillaise."

        "Il est temps de commencer, Bretons

        Le grand combat du pays

        Il est temps de balayer notre foyer

        De nettoyer le sillon

        Un jour le temps sera clair

        Sur les routes de la guérilla

        Un jour sera fier et impétueux

        Le retour d'Arthur sur un cheval rouge

        Il est temps de balayer notre foyer

        De nettoyer le sillon"

         

        "Kan bale lu poblek Breizh" par "les ramoneurs de menhirs"

         

        Rien n'est simple, quand on aborde les différentes susceptibilités, d'autant plus que je ne tolère pas l'intolérance arf

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :