• 23 & 24 Rajab 1440 (30-31/3/19)

     

    23 et 24 Rajab 1440 (de l'Hégire...)

    On peut aussi, si on veut, dire "30 et 31 mars 2019 de notre ère" (ou même, si on peut, "après J.C. pour 'Jésus Christ' ")

    C'est en effet à cette date que le Serviteur d'Espérance (comprendre l’Évêque de Rome, comprendre le Pape) rencontrera -en tant que "serviteur", donc- le Commandeur des Croyants (comprendre le Chef des Musulmans -les autres religions étant donc composées de "mécréants", qui ne pratiquent pas la vraie religion)

    On pourrait dire les choses plus simplement: le Commandeur a convoqué un de ses Serviteurs...

    Ironie du sort, coïncidence significative ou prophétique, ignorance de l'Histoire du christianisme ou provocation islamo-papale... 31 mars 1146, Saint Bernard, abbé de Clairvaux et conseiller des souverains, l'un des plus illustres "piliers de la chrétienté", lance depuis la colline de Vézelay un vibrant "appel aux chevaliers et souverains d'Occident" en présence du roi Louis VII et de la reine Aliénor d'Aquitaine, devant plus de 100.000 personnes du petit peuple des fidèles et de tout ce que la France compte de noblesse et de seigneurs, de hauts dignitaires, de gens d'église, de chevaliers... C'est le début de la deuxième croisade.... (31 mars 2019, au Maroc, le pape visite le chef ultime des adorateurs de Mahomet, visite l'institut où sont formés imams et prédicateurs musulmans et réaffirme sa solidarité et sa compassion avec les migrants et les clandestins)          

    23 et 24 Rajab 1440

    (certains ont cru voir, dans ce logo papal, une croix chrétienne, un peu chétive, enserrée entre les branches à la fois dominatrices  et menaçantes d'un croissant musulman - pourquoi pas ?)

     

    Pour la gloire de l'islam et des migrants - d'après Vaticannews:

    Le 30 et 31 mars prochain le Pape se rendra à Rabat au Maroc. Mgr Cristòbal Lòpez, archevêque de Rabat, appelle les fidèles à se préparer à l’accueillir comme "Pasteur universel"(sic)  (...) Concrètement, les diocésains se préparent à la rencontre du "Père de tous les chrétiens catholiques" (re sic) en méditant à partir de fiches portant notamment sur "le dialogue interreligieux..."

    Le programme du samedi sera très dense, avec la visite au Roi Mohammed VI au Palais Royal, le discours depuis l’esplanade de la mosquée Hassan au peuple marocain, aux autorités et au corps diplomatique, la visite du mausolée du Roi Mohammed V et de l’institut Mohammed VI où sont formés les imams et prédicateurs, et enfin une visite à la Caritas diocésaine où aura lieu une rencontre avec les migrants et ceux qui leur viennent en aide.

    Le dimanche matin, il se rendra au centre rural des services sociaux de Témara, avant la rencontre avec le clergé catholique et les religieux à la cathédrale de Rabat.

    Il est aussi rappelé, sans surprise, par le "Saint-Siège" qu'"Il s’agit aussi d’une occasion de réaffirmer le soutien du pape François au Pacte mondial sur les migrations des Nations Unies adopté à Marrakech en décembre dernier et d’appeler à nouveau la communauté internationale à œuvrer avec responsabilité, solidarité et compassion vis-à-vis des migrants”. le même communiqué précise que "Ce voyage apostolique sera aussi marqué par la rencontre du Souverain Pontife avec les chrétiens vivant au Maroc (précision nécessaire ?), dans une parfaite harmonie et liberté de culte, au service de la paix, de la tolérance et de la fraternité"

    Un enthousiasme chaudement partagé par le Muslim Post

    On est loin de 2006 et du rappel de l’ambassadeur marocain au Vatican suite aux propos du pape Benoît XVI. A l’époque, le souverain pontife avait paraphrasé l’empereur byzantin Manuel II Paléologue et affirmé que le Prophète n’avait apporté que "des choses mauvaises et inhumaines." Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Et l’arrivée de François au Vatican a permis au petit Etat (sic) de créer de meilleures relations entre chrétienté et Islam. "Le Coran est un livre de paix, c’est un livre prophétique de paix", avait-il ainsi dit en 2014, avant d’indiquer, deux ans plus tard : "Si je parlais de violence islamique, je devrais également parler de violence catholique.

    Quels seront les thèmes abordés lors de ce voyage au Maroc ? Il sera d’abord question de liberté religieuse dans le royaume (???). Mais aussi de la question migratoire (!!!): l’archevêque de Rabat indique que l’Eglise s’occupe des migrants avec de nombreuses initiatives. "Au Maroc, nous avons alloué 1,5 million d’euros et établi un programme pluriannuel, ‘Kantara’, qui assiste des milliers de migrants". Le pape devrait enfin mettre l’accent sur le dialogue interreligieux.

    ... à tel point qu'il est presque difficile de faire la distinction entre la presse vaticane et le presse mahométane... (si ce n'est, chez l'une des deux, la façon d'écrire "...chrétienté et Islam..." avec un emploi assez partisan de la lettre majuscule... -quoi que ...)

    Mais bon, jusque-là, on pourrait croire à un jeu diplomatique courtois afin de ménager toutes les sensibilités. Y compris les plus chatouilleuses...

    ... mais, en même temps, on peut lire ailleurs:

    La "Coordination des chrétiens marocains", une communauté ultra-minoritaire dans ce pays musulman à 99 %, a appelé jeudi les autorités à garantir à tous la liberté de culte, à quelques jours de la visite du pape François:  "Nous renouvelons l’expression de nos aspirations aux libertés de base dont nous, chrétiens marocains, sommes encore souvent privés (...) Parmi ces droits, la liberté du culte public, le droit au mariage ecclésial ou civil, les rites funéraires chrétiens ou l’éducation des enfants (...) Nous appelons aussi les autorités marocaines à ne plus faire subir des pressions aux Eglises officielles du pays, dont l’Eglise catholique au Maroc, dans le but de les dissuader d’accueillir ceux qui choisissent la voie du christianisme." (j'ignore si le pape aura à cœur de s’immiscer dans les affaires intérieures d'un pays libre et démocratique indépendant: on ne peu pas, à la fois, pleurer sur les musulmans rohingyas harcelés par les hindous et s'occuper du sort des cathos un peu partout dans le monde islamique, hein ?...)

    L'hypocrisie et le mensonge deviennent flagrants quand le "pape" François et ses adorateurs osent prétendre que sa visite s'inscrit dans "une longue et fructueuse tradition de dialogue avec l'islam" initiée il y a tout juste 800 ans par Saint François d'Assise en visite d'Amour, de Tolérance et de Paix chez le sultan Malik al-Kamil  ("le Parfait")...

     

    Pauvre Saint François, trahi jusque par les siens... On peut en effet lire sur le site des frères franciscains :
    "Il est en effet inspirant de constater que même au Moyen-Âge, au temps de François d’Assise, des chrétiens ont voulu établir des relations harmonieuses avec d’autres religions, en particulier avec l’Islam (...) Si François d’Assise était allé rencontrer le Sultan dans l’idée de le voir convertir vers la religion chrétienne, il y a dans sa démarche une volonté de réconciliation et de paix. Et encore plus réconfortant, c’est que nous pouvons appliquer à notre temps les leçons de cette rencontre profonde, pleine d’humanité et de tendresse (...) Les Franciscains souhaitent contribuer à l’éveil des jeunes sur l’existence d’autres cultures, d’autres religions que l’on se doit de respecter." (source)

    En fait...

    Au risque de sa vie et de celle de ses compagnons et en pleine croisade, le but de François d'Assise était, non pas d'entamer un dialogue "d'espoir", d'amitié réciproque et de compréhension mutuelle, mais d'essayer de convaincre le sultan d’abandonner l'impitoyable domination musulmane sur les lieux saints et de stopper les cruautés infligées aux chrétiens autochtones ou aux croisés venus libérer les Lieux Saints du Christianisme placés sous une domination mahométane impitoyable. Les chroniqueurs de l'époque signalent qu'à leur arrivée François et ses compagnons se firent "saisir brutalement par les Sarrazins, avec haine et cruauté, injurier, rouer de coups...", ce qu'avait pressenti le Saint en disant qu'ils se retrouveraient "comme des brebis au milieu des loups"... rien à voir, donc, avec de gentilles palabres philosophico-métaphysiques 

    François d'Assise a lui-même, dans une de ses Méditations, conclu ainsi de sa visite chez le sultan Malik al-Kamil: "Les frères qui s’en vont parmi les musulmans et autres non-chrétiens peuvent envisager leur rôle spirituel de deux manières : ou bien, ne faire ni procès ni disputes, être soumis à toute créature humaine à cause de Dieu, et confesser simplement qu’ils sont chrétiens... Ou bien, s’ils voient que telle est la volonté de Dieu, annoncer la Parole de Dieu afin que les non-chrétiens croient au Dieu tout puissant, Père, Fils et Saint-Esprit, Créateur de toutes choses, et en son Fils Rédempteur et Sauveur, se fassent baptiser et deviennent chrétiens..." un texte dont 'notre' François semble n'avoir pas eu connaissance ou dont il aurait fait un usage, certes hygiénique, mais assez peu catholique.

     

    hors-sujet, mais pas trop, en parlant d'hygiène pontificale:

    Le pape retire sa main pour empêcher les pèlerins d’embrasser son anneau papal:

    La bague du pape est un symbole de la relation forte entre le pontife et son Eglise. L’embrasser est un moyen d’exprimer sa loyauté envers le rôle joué par le Pape et de témoigner sa confiance en lui. (peut-être un reste d’honnêteté... ne pas vouloir abuser de la loyauté naïve de ses quelques derniers fidèles ?...)

     S'il s'agit d'une mesure d'hygiène, il a bien changé, notre "Saint Père", apostolique et romain:

    A l'occasion du Jeudi Saint, le pape François a lavé et baisé les pieds de douze personnes, des migrants de confession chrétienne, hindoue et musulmane, comme le fit Jésus avec ses disciples avant la Cène.

    (...Vous serez peut-être, comme moi, étonnés d'apprendre que Jésus avait "lavé les pieds des musulmans", avant la Cène...?)

     

     

    Si vous avez lu jusque-là et que vous avez encore un peu de temps devant vous, je ne résiste pas au plaisir de vous re-proposer (voir ici) cette "interview (presque) imaginaire de Saint François d'Assises" par Aldo Maria Valli, journaliste et écrivain catholique italien, à la suite du précédent voyage ("comme un frère"...) du "Saint-Père" aux Émirats arabes-unis afin de participer à une "conférence mondiale sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune" organisée par le "Conseil Musulman des Sages", présidé par son ami, le cheikh Ahmed Al Tayeb, recteur et grand iman de l'université Al Azhar du Caire...:

    - Bonjour, saint François.
    - Bonjour à toi. Que le Seigneur te donne la paix.

    - Pareillement. Puis-je vous poser une question?
    - Je t'en prie....

    - C'est à propos de François.
    - François?

    - Oui, le pape François.
    - Le pape François ?

    - Oui, Jorge Mario Bergoglio: le Pape François.
    - Ah ?!

    - Qu'est-ce qu'il y a?
    - Rien, rien. Donc, tu voulais savoir...

    - Voilà, saint François, je voulais vous demander un jugement sur un passage de la Déclaration signée par François et le Grand Imam.
    - Ils ont signé une déclaration ?

    - Oui, à Abu Dhabi.
    - Où est-ce? Près de Damiette?

    - Pas vraiment. Mais ça n'a pas d'importance. Le fait est que dans la déclaration...
    - J'imagine que le pape, pour témoigner de sa foi, a voulu entrer dans un grand feu, comme je l'ai fait en 1219 ....

    - Pas vraiment, saint François. Aucun feu.
    - Comment donc?

    - Eh bien, vous savez, cela ne se fait plus.
    - Oh, quel dommage. Et alors?

    - Et donc le Pape et le Grand Imam ont signé cette Déclaration...
    - Oh, bien. Le Grand Imam s'est converti au christianisme....

    - Hum, pas vraiment...
    - Mais s'il a signé...

    - Oui, il a signé, mais pour dire qu'il est d'accord sur le dialogue, la coexistence, la tolérance...
    - Et le pape n'a pas demandé au sultan....

    - Au Grand Imam....
    - Oui, d'accord, il n'a pas demandé au Grand Imam de se convertir à l’Évangile ?

    - Euh, non....
    - Comment cela?

    - Non, cela ne se fait plus....
    - Oh, c'est étrange ! Mais le pape ne devrait-il pas annoncer l'Évangile à tous les hommes?

    - Oui, mais là, voyez-vous, il y a la question du dialogue...
    - Je ne comprends pas. Moi, j'avais un désir ardent: aller chez le sultan, prêcher la foi chrétienne aux musulmans et montrer une volonté totale de mourir pour Christ. C'est pourquoi j'ai rejoint l'armée croisée...

    - Euh, je m'excuse, saint François....
    - Qu'est-ce qu'il y a ?

    - Aujourd'hui, ce n'est pas bien de parler de l'armée croisée...
    - Oh, c'est étrange ! Quoi qu'il en soit, disais-je, c'est pourquoi je suis allé là-bas, chez le prince musulman, et il m'a écouté volontiers. Mais quand je lui ai demandé de se convertir avec tout son peuple, il a hésité. Alors je lui ai proposé d'allumer un grand feu et je lui ai dit: "Moi et tes prêtres entrerons dans le feu et ainsi tu pourras savoir quelle foi est la plus certaine et la plus sainte." Mais les prêtres musulmans se sont enfuis. Et puis j'ai dit: "Je vais entrer dans le feu et si je sors indemne, tu te convertiras", mais il n'a rien voulu savoir à ce sujet.

    - Je connais l'histoire, saint François. Mais maintenant, j'aimerais vous demander quelque chose.
    - Oh, oui, bien sûr, demande...

    - Il s'agit ici d'une phrase de la Déclaration, où il est dit: "Le pluralisme et les diversités de religion, de couleur, de sexe, de race et de langue sont une sage volonté divine".
    - C'est ce qu'il dit ?

    - Oui.
    - Oh, très bien. Je n'ai jamais rien entendu de tel. Donc, si je comprends bien, si la diversité des religions est la volonté de Dieu, moi, chrétien, je n'ai pas besoin de prêcher l’Évangile.

    - C'est un peu cela.
    - Mais si je ne prêche pas l’Évangile, quel genre de chrétien suis-je?

    - C'est exactement ce que je voulais vous demander, cher saint François.
    - Eh bien, je suis surpris. Je suis allé parmi les infidèles....

    - Euh, saint François, s'il vous plaît....
    - Qu'est-ce qu'il y a ?

    - Infidèles, eh bien, on ne doit pas le dire....
    - Oh, très bien. Et pourquoi?

    - Parce que ça ne va pas. Vous savez, le dialogue, le respect...
    - Eh bien, j'y suis allé pour conquérir la palme convoitée du martyre, pas pour signer... comment dites-vous ?...

    - Une déclaration.
    - Voilà, pas pour signer une déclaration. Dans laquelle, en outre, il est écrit que ne pas être chrétien est la sage volonté de Dieu.

    - Mais vous devez comprendre que les temps ont changé...
    - Les temps... les temps. Mais la foi ne peut pas changer. Prêcher le Christ est notre devoir, en particulier aux Sarrasins....

    - Euh, saint François, s'il vous plaît....
    - Qu'y a-t-il encore?

    - Les Sarrasins.... on ne peut pas dire cela.
    - Oh, quels mots dois-je utiliser alors ?

    - Ceux du dialogue, du respect....
    - Dialogue ? Respect ? Mais vois-tu les gardes du sultan nous ont attaqués, nous ont battus avec des bâtons, nous ont mis enchaînés, et j'ai été forcé de crier pour les faire fuir !

    - Autres temps, saint François. Maintenant, il y a la tolérance.
    - Eh bien, c'est possible. Quoi qu'il en soit, j'ai dit clairement au Sultan: "Ce n'est pas par l'homme, mais par Dieu que nous avons été envoyés pour vous montrer, à vous et à votre peuple, le chemin de la santé et de l'annonce de l’Évangile".

    - Donc, cher saint François, je crois comprendre que la Déclaration signée ne vous plaît pas...
    - Je ne sais pas quoi te dire. Elle me semble étrange. Mais le pape, après, il est resté?

    - Bien sûr. Pourquoi cette question?
    - Parce que moi, j'ai mis les choses au clair: "Je resterai...", ai-je dit au Sarrasin...

    - Saint François, s'il vous plaît....
    - Ah oui...on ne doit pas dire sarrasin.

    - Merci.
    - J'ai donc dit au sultan : "Je resterai volontiers avec toi, si toi et ton peuple vous convertissez au Christ". Mais je ne pense pas que le pape ait demandé quelque chose de ce genre, non?

    - Non, en fait....
    - Et puis, quand le sultan m'a critiqué pour la sainte entreprise...

    - Sainte entreprise?.....
    - Oui, la croisade.

    - Saint François, soyez gentil, nous ne pouvons pas appeler la croisade "sainte entreprise".
    - Oh, très bien. Et pourquoi?

    - Le dialogue, le respect....
    - D'accord. Quand le sultan m'a critiqué pour la croisade, j'ai répondu avec fermeté: "Les chrétiens vous attaquent à juste titre, vous et la terre que vous avez occupée, parce que vous blasphémez le nom du Christ et éloignez de son culte autant de personnes que vous pouvez. Mais si vous vouliez connaître le créateur et rédempteur, le confesser et l'adorer, ils vous aimeraient comme si vous étiez eux-mêmes."

    - Mais saint François....
    - Qu'y a-t-il encore?

    - C'était une autre époque.
    - Et d'autres chrétiens, à ce que je vois.

    - Peut-être. Quoi qu'il en soit, merci pour cette interview.
    - Il n'y a pas de quoi. Que le Seigneur te donne la paix.

     

     

     

    « la vieille dame indigne.23 & 24 Rajab 1440 (suite... pas fin) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Mars 2019 à 16:50
    Pangloss

    Avec ce pape-là, l'Eglise catholique est un adversaire de l'Occident ... chrétien.

    2
    Souris donc
    Samedi 30 Mars 2019 à 10:47

    Gaucho de la Pampa (Nouratin TM), pape-bobo. Les théologiens chrétiens ont depuis longtemps expurgé les textes sacrés des passages les plus violents. Donc ce pape pèche par naïveté (?)

    Dans les mots croisés, on a souvent "ulema" ou "oulema", avec la définition "docteur de la loi, interprète du Coran".

    Pas d'édulcoran. Alors question : ils font quoi, ces saints hommes, à longueur de journée ? La sieste ? C'est un beau métier une sinécure, ouléma.

      • Samedi 30 Mars 2019 à 14:28

        Pour expliquer l'amour immodéré pour l'islam et les néo-crypto islamistes du "pape" bobo-islamo-gaucho, il faudrait peut-être envisager que dans la bibliothèque secrète du Vatican il y a des documents secrets/confidentiels prouvant que le Christianisme est l'oeuvre de Shaÿtan, le Diable des mahométans... faut voir... ou alors penser qu'il est vraiment d'une naïveté toute virginale... ou encore qu'il se fout bien de notre gueule, ce qui serait assez dans l'air du temps, de la part de nos dirigeants matériels, intellectuels et/ou spirituels...

        Quant au rôle des ulemas, dans l'interprétation du Coran, ça consiste à rechercher et à démontrer comment et pourquoi le coran ne peut pas être interprété, puisque "le Coran est la Parole incréée, éternelle, inaltérable et explicite d'Allah", [IQRI] et à le répéter et le réexpliquer. Ce qui n'est pas de tout repos

    3
    Samedi 30 Mars 2019 à 17:10

    Il n'y a plus qu'à attendre "La nouvelle"

      • Samedi 30 Mars 2019 à 17:28

        Et on est le 30 mars...ouch...  effectivement, attendons...

         

        Dans le même ordre d'idées, je rappelle aussi ce poème quasi prophétique de 1850 de Pierre-Jean de Béranger

        Jadis voyageant pour Rome,
        Un pape, né sous le froc,
        Pris sur mer, fut, le pauvre homme,
        Mené captif à Maroc.
        D’abord il tempête, il sacre,
        Reniant Dieu bel et bien.
        – Saint-Père, lui dit son diacre,
        Vous vous damnez comme un chien.

        Sur un pal que l’on aiguise
        Croyant déjà qu’on le met,
        Le fondement de l’église
        Dit : "Invoquons Mahomet.
        Ce prophète en vaut bien d’autres;
        Je me fais son paroissien."
        – Saint-Père, au nez des apôtres
        Vous vous damnez comme un chien.

        Aye...! aye...! on le circoncise.
        Le voilà bon musulman,
        Sinon parfois qu’il se grise
        Avec un coquin d’iman.
        Il fait de sa vieille Bible
        Un usage peu chrétien.
        – Saint-Père, c’est trop risible ;
        Vous vous damnez comme un chien

         

        En vrai corsaire il s’équipe ;
        Pour le Croissant il combat,
        Prend le sorbet et la pipe ;
        Dans un harem il s’ébat.
        Près des femmes qu’il capture,
        Voyez donc ce grand vaurien !
        – Saint-Père, quelle posture !
        Vous vous damnez comme un chien.

        À Maroc survient la peste;
        Soudain fuit notre forban,
        Qui dans Rome, d’un air leste,
        Rentre avec son beau turban.
        – Souffrez qu’on vous rebaptise.
        – Non, dit-il, ça n’y fait rien.
        – Saint-Père, quelle bêtise !
        Vous vous damnez comme un chien.

        Depuis, frondant nos mystères,
        Ce renégat enragé
        Veut vider les monastères,
        Veut marier le clergé.
        Sous lui l’église déchue
        Ne brûle juif ni païen.
        – Saint-Père, Rome est fichue ;
        Vous vous damnez comme un chien.

    4
    Dimanche 31 Mars 2019 à 11:16

    Au cas où...

    Au Maroc, le pape François soutient les migrants africains en marche vers l’Europe. 

    Le souverain pontife appelle mettre en œuvre "avec rapidité" les engagements du pacte de Marrakech notamment par "l'élargissement de canaux migratoires réguliers".

    Le pape François rencontre des migrants à Rabat, samedi 30 mars (VATICAN MEDIA/REUTERS)

     

    5
    Souris donc
    Dimanche 31 Mars 2019 à 15:47

    Savante exégèse, dans son style inimitable, sur les Pie.

      • Dimanche 31 Mars 2019 à 17:19

        Au cas où... (bis)

        Le pape aux chrétiens du Maroc : "S’il vous plaît, pas de prosélytisme !"

        Le pape François a mis en garde les chrétiens contre toute tentation de "prosélytisme", avant de célébrer une grande messe à Rabat, dimanche au second jour de sa visite officielle au Maroc. "Continuez à vous faire proches de ceux qui sont souvent laissés de côté, des petits et des pauvres, des prisonniers et des migrants", a-t-il conseillé, en revanche "les chemins de la mission ne passent pas par le prosélytisme, qui conduit toujours à une impasse".

         

         

         

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    jean-marc
    Lundi 1er Avril 2019 à 10:50

    Merci à Souris donc de nous avoir envoyé vers l'ami Nouratin,ce blogueur incontournable de la fachosphère qui

    nous gratifie chaque dimanche d'un billet valant toujours son pesant d'or.

      • Lundi 1er Avril 2019 à 15:26

        C'est exact... (suite à une mauvaise manip' de ma part, ma réponse à Souris Donc a été écrasée par "au cas où... bis": je la remerciais du lien tout en lui faisant remarquer qu'un allusion, même brève, au pontificat bizarement abrégé de Benoit XVI aurait été bien venue pour ne pas désespérer entièrement -ou désespérer complètement, selon son propre tempérament-... mais remarque faite sous l'article par des commentateurs plus rapides que moi...)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :